CHRONIQUEURS DE L'IMAGINAIRE DEPUIS 1997

Crying Freeman, le film live

Attardons-nous un moment sur ce qui est à ce jour l’une des meilleures adaptations d’un manga au cinéma.

cryingfreeman

© Metropolitan FilmExport

Crying Freeman est à l’origine un manga dessiné par Ryoichi IKEGAMI (Mai the Psychic Girl, Sanctuary, Gallant Gang) sur un scénario de Kazuo KOIKE. L’histoire est celle d’Emu HINO (Julie DOUGLAS) qui a été témoin d’un meurtre effectué par un mystérieux tueur surnommé le « Freeman » (Mark DACASCOS) et travaillant pour une organisation chinoise mystérieuse, « les 108 Dragons ». Ayant vu son visage, elle sait bien qu’elle sera bientôt tuée par le « Freeman », mais avant de mourir de sa main, Emu, n’ayant jamais encore connu l’amour, souhaite s’offrir à lui. Le « Freeman » vint en effet à sa rencontre, mais ne pu se résoudre à la tuer. Brisant son serment de fidélité envers les « 108 Dragons », il emmène Emu avec lui dans son repère. Entre temps, les yakuzas (dont un des chefs fut tué par le « Freeman ») et la police tenteront par tous les moyens de l’arrêter…

Il y a déjà eut plusieurs films inspirés plus ou moins officiellement du manga. On a pu ainsi avoir droit à Dragon from Russia et à The Killer’s Romance, 2 films made in Hong-Kong de grandes qualités qui reprennent les grandes lignes du personnage du « Freeman ». Le film dirigé par Christophe GANS n’est donc pas la première adaptation de l’oeuvre de KOIKE et IKEGAMI. Christophe GANS voulait respecter l’oeuvre originale tout en lui donnant une dimension romantique: « le film est comme un conte de fées, elle [Emu] voit ce gangster comme un Prince Charmant et imagine d’incroyables aventures à ses côtés, pour elle, il n’est pas un gangster mais un chevalier. Elle est une Demoiselle. C’était mon approche . » (C. GANS, Manga Mania 41). Et d’après Christophe GANS, le public a bien ressenti l’aspect romantique du film: « En France, j’ai reçu des tonnes de lettres de jeunes filles qui ont trouvé un intérêt romantique dans le film et qui sont tombées amoureux de Mark Dacascos. Mais le film a été fait exprès pour ça. » (C. GANS, Manga Mania 41). On peut également remarquer le rôle particulièrement important des femmes dans le film Crying Freeman: « Il y a 4 types de femmes dans le film: la détective FORGE (Rae Dawn Chong), Lady HANADA (Yoko SHIMADA), la vieille sorcière et EMU, 4 différents âges de femmes. Emu est très naïve et elle est vierge. A l’opposé, vous avez la sorcière Chinoise, la mère « araignée ». La détective FORGE n’était pas dans le manga, je l’ai rajoutée, la tuant délibérément parce qu’elle est le seul bon personnage au sens Hollywoodien et dans ce film, tout le monde est gris. Emu veux se tuer. Elle est suicidaire. Je voulais montrer que dans ce monde, où chaque personne a 2 visages, un bon personnage ne peut survivre. » (C. GANS, Manga Mania 41). Ainsi le film est volontairement féminisé et nous donne une autre approche du film d’action:  » J’ai construit le film à travers les yeux de la fille, Emu. (…) Quand vous essayez de créer quelque chose d’artistique, vous travaillez plus avec le côté féminin. A chaque fois que j’avais à choisir la manière de filmer Crying Freeman, j’ai choisi la manière sensible, poétique, pas la manière masculine qui était violente et gore. » (C. GAN, Manga Mania 41). Crying Freeman est donc un film romantique avant d’être un film d’action pure et dure, même si on trouve dans ce film des scènes d’action digne de John WOO (The Killer, A tout épreuve…). Ce film, d’une grande beauté esthétique, vous plaira à coup sûr même si vous ne connaissez pas le manga. Pour finir, un petit mot sur la musique de Patrick O’HEARN (au départ, Geinoh YAMASHIROGUMI (Akira) devait faire la bande son) qui est SUPERBE (honte à vous si vous ne l’avez pas achetée !) .

Petite remarque: Manga Mania est un mensuel anglais traitant du manga, de l’animation japonaise et des films de Hong-Kong (l’équivalent anglais de feu KAMEHA en quelque sorte) .

Crying Freeman – 1996 – Film français de Christophe GANS avec Mark DACASCOS, Julie DOUGLAS, Yoko SHIMADA, Rae Dawn Chong et Tcheky KARIO. Musique de Patrick O’HEARN

Article tiré de Lost Eden1

Comments are closed.