CHRONIQUEURS DE L'IMAGINAIRE DEPUIS 1997

Kimagure Orange Road, les films

ANO HI NI KAERITAI (« Je voudrais revenir à ce jour-là ») – 1988 – Film japonais de Mochizuki TOMOMICHI. Character Design de Akemi TAKADA. Musique de Shiro SAGISU

kimagureorangeroad_film_1L’histoire se déroule chronologiquement juste après la série. Elle raconte le dénouement tragique du triangle amoureux entre Madoka, Kyosuke et Hikaru. L’histoire commence quand Madoka et Kyosuke vont ensemble à l’université voir leurs résultats d’admission. C’est alors que Kyosuke, croyant entendre la voix d’Hikaru, se remémore les terribles événements passés quelques semaines plus tôt. Nous découvriront ainsi comment Kyosuke va mettre brutalement fin au triangle amoureux.

  • Commentaire:

A plus d’un titre, ANO HI NI KAERITAI à surpris de nombreux fans de Kimagure Orange Road. En effet, autant la série était légère, comique et distrayante, autant le film est sérieux et dramatique. On est bien loin de l’ambiance de la série. Le film, tragique puisque l’on sent bien comment l’histoire va se terminer, est d’un réalisme surprenant et d’une rare force. A tel point que l’on aurait pu réaliser le film en live. La réalisation du film est exemplaire, captivant le spectateur jusqu’à la fin. Un des plus beaux films d’animation tout simplement.

 

SHIN KIMAGURE ORANGE ROAD – 1996 – Film japonais de Kunihiniko YUYAMA.  Character Design de  Takayuki GOTO. Musique de Yuki KAJIURA

kimagureorangeroad_film2L’histoire se passe en 1991, quelques temps après le premier film. Beaucoup de choses ont changé: Hikaru poursuit sa carrière de comédienne à New-York, Kyosuke veut devenir photographe et sort avec Madoka. Après un terrible accident, Kyosuke fait un saut temporel qui emmène son esprit temporairement 3 ans plus tard. Là, il fera la rencontre d’une Hikaru adulte qui continue toujours de l’aimer. C’est ainsi que va se reformer le triangle amoureux qui fut brisé dans le premier film.

  • Commentaire:

Le grand changement par rapport au précédent film vient du Character Designer. Le design des personnages est laissé à Takayuki GOTO (Video Girl Ai, Réincarnations (Boku no chikyu o mamotte)). Madoka a donc subit un étrange lifting qui risquera de choquer les fans du travail original d’Akemi TAKADA, mais qui a le mérite de donner du sang neuf à KOR. Le scénario est prétexte à revenir à ce qui a fait le succès de KOR (l’humour, le romantisme…).

Article tiré de Lost Eden1

Comments are closed.